Ostéopathie et bébé

Dernière mise à jour : nov. 18




Pourquoi emmener son bébé chez l'ostéopathe ?


Les bébés peuvent bénéficier de l'ostéopathie aussi bien que les plus grands et les résultats obtenus sont souvent spectaculaires.

De nombreux maux ou petits problèmes peuvent gêner les bébés dans les premiers mois de leur vie. En emmenant rapidement les bébés chez l'ostéopathe, il est possible de leur éviter des tracas tels que :

  • le sommeil perturbé (de mauvaise qualité) ;

  • les troubles du comportement (hyperexcitabilité ou apathie) ;

  • les reflux gastro-oesophagiens (RGO) ;

  • les déformations crâniennes ;

  • les plagiocéphalies (aplatissement d'une partie du crâne) souvent associées à une tête toujours tournée du même côté ;

  • les torticolis congénitaux ;

  • les coliques (les troubles digestifs en général) ;

  • un canal lacrymal bouché (ce qui entraîne un œil qui coule) ;

  • les bronchiolites, et de façon générale tous les problèmes ORL.

Cette liste non exhaustive donne une idée de l'intérêt que peut présenter l'ostéopathie pour les tout-petits.

De plus, en grandissant, notamment au cours de l'apprentissage de la marche, certaines chutes ou chocs sur la tête peuvent amener les parents à consulter pour leur enfant.



Origines des troubles chez les bébés


Les bébés peuvent rapidement présenter des troubles divers et variés. Ceux-ci peuvent avoir pour origine, notamment :

  • de mauvaises postures in utero (manque de place ou contraintes liées à la position) ;

  • un accouchement difficile :

  • long (supérieur à huit heures),

  • court (inférieur à deux heures),

  • déclenché,

  • retardé,

  • aux forceps ou aux ventouses,

  • par césarienne (consulter est indispensable dans ce cas, car, en l'absence d'accouchement par voie basse, le crâne du bébé n'a pas pu être modelé comme il le devrait et le corriger est très souvent nécessaire).


Quel que soit le cas de figure, le bébé peut avoir souffert et exprimer cette souffrance soit par des pleurs ou des cris excessifs, soit simplement manifester un trouble physique.

En revanche, un accouchement qui se passe dans de bonnes conditions n'a pas à inquiéter. Le crâne du bébé va bénéficier d'un modelage lors de son passage, ce qui lui conférera généralement un bon fonctionnement.


Quand emmener son bébé chez l'ostéopathe ?


Il n'y a pas d'âge pour emmener un bébé voir un ostéopathe. En effet, certains patients prennent rendez-vous avec leur ostéopathe pour y emmener le bébé directement au sortir de la maternité.

  • Il est intéressant d'emmener son bébé chez l'ostéopathe rapidement pour un check-up complet. Le thérapeute pourra très rapidement détecter les éventuels soucis et les régler au plus tôt.

  • En cas d'absence de problème, l'ostéopathe saura aussi rassurer les parents.

  • Les bébés étant tout particulièrement réceptifs à l'ostéopathie (ils sont en très grande majorité composés d'eau et donc très « modelables »), une ou deux séances suffisent le plus souvent. De plus, les séances sont généralement plus courtes (environ une demi-heure).

  • Il est également possible d'intervenir sur le bébé in utero, lorsque celui-ci est mal positionné par exemple.

Réaction des bébés


Les bébés n'aiment généralement pas qu'on pose la main sur leur tête et ils pleurent très fréquemment lorsque le thérapeute se place à leur crâne.

Cette approche est parfaitement indolore et, si le bébé pleure, ce n'est pas de douleur, mais plutôt parce qu'il a une meilleure perception des tensions qu'il ressent quotidiennement.

  • Il est possible de l'occuper en lui présentant un jouet, en le distrayant, mais surtout pas en le bloquant pour l'empêcher de bouger. L'ostéopathe saura s'accommoder d'un bébé en mouvements.

  • D'autres enfants n'aiment tout simplement pas être touchés par d'autres personnes que leurs parents et ils peuvent être effrayés. Les papas et les mamans doivent donc être présents, rassurants, éventuellement tenir leur enfant par la main et lui parler, lui chanter des chansons, le faire jouer, etc.

  • Pour les enfants les plus inquiets, la possibilité de traiter l'enfant directement dans les bras des parents reste envisageable en dernier recours.