L’allaitement : Qu’est-ce que c’est ? Quels sont les différents types ?

Dernière mise à jour : nov. 18



Qu’est ce que l’allaitement maternel ? L’allaitement est le mode d’alimentation d’un nourrisson ou d’un enfant, par le lait maternel via le sein de la mère. Lorsque le lait maternel et insuffisant, on pratique un allaitement mixte, qui consiste à combiner le sein et le biberon. Si pour des raisons médicales, la mère ne peut pas allaiter, le bébé est nourri au biberon, soit avec le lait maternel tiré, soit avec d’autres laits produits d’une manière industrielle.

Le lait maternel est rempli de plusieurs nutriments vitaux et indispensables au besoin du bébé. Il se développe au cours de la gestation de la femme. Dès la naissance, la lactation au sein se déclenche ainsi. Les tétées régulières et effectives du nouveau-né, favorisent la stimulation du lait maternel. L’allaitement maternel peut durer jusqu’à environ deux ans.

Découvrez comment se préparer à l’allaitement.

Comment est produit le lait maternel ?

Le lait maternel connait différentes étapes de transformation au cours de l’allaitement. Après l’accouchement, le premier lait maternel secrété se nomme colostrum. L’estomac du nouveau-né s’adapte parfaitement à ce lait, puisqu’il est facilement assimilable. A la fois épais et translucide, le colostrum se caractérise par une couleur orangée. Il est rempli d’anticorps qui protège le petit contre les attaques microbiennes. Il comprend de la protéine, de l’ordre de 23g/litre, des oligosaccharides qui sont des sucres assimilables, des vitamines, des acides aminés libres et des sels minéraux.

La sécrétion du colostrum est minime au début, environ 20 à 50 ml à chaque tétée. Mais ce volume croit au fur et à mesure de l’effectivité de la tétée. Quelques jours après l’accouchement, le colostrum se modifie en colostral, également appelé lait de transition. Ce lait de transition est formé par du lait à maturité et du colostrum. Les composants contenus dans le colostral subissent ainsi une transformation. Ce dernier se caractérise par une consistance fluide et une augmentation de volume.

Histoire de l’allaitement en France

Un allaitement maternel est un phénomène biologique naturel, depuis que l’homme existe. Mais en cas de décès post-partum de la mère, ou lorsque la mère ne pouvait pas nourrir l’enfant, elle recourait au service d’une nourrice. Les nourrices étaient en générale, des femmes issues de la classe populaire. Depuis la fin du XVIème siècle, l’allaitement mercenaire gagnait le milieu aristocratique, et se répandait aussi parmi la bourgeoisie. Les mères se défaisaient de la servitude d’allaitement.

Les femmes d’artisans aisées pouvaient également louer les services de nourrices. Cette pratique fut alors généralisée, et les femmes eurent recours à ce type de service jusqu’au XVIIIème siècle. Il a fallu attendre le début du XIXème siècle, avec les prétentions exemplaires de Madame d’Epinay, pour que l’allaitement maternel retourne à la normale. L’idée d’allaiter son propre bébé, fut envisagée comme absurde par les gens de son milieu. A la fin de cette époque, naquit l’usage du lait de vache modifié. Ce fait a diminué sensiblement l’allaitement maternel, et l’on notait en 1960, le taux d’allaitement le plus bas. Il y eût beaucoup de publicités sur les produits industriels de nutrition infantile jusqu’aux pays les moins développés. Et depuis, il a connu une nouvelle progression, mais reste différent selon les pays.

Les conditions d’allaitement évoluent

Les conditions d’allaitement ont été ainsi améliorées, rendant ainsi plus de confort à la mère, aussi bien sur le plan corporel que social. Les informations de qualité et le développement des réseaux d’information et d’entraide, étaient accessibles au public. L’évolution des techniques d’aide à l’allaitement alliée aux mesures de santé publique, favorisent l’allaitement maternel. Avec l’amélioration des conditions d’allaitement artificiel, l’allaitement maternel est parfois considéré comme une contrainte sociale, mais non comme une alternative. Néanmoins, en France, 75% des femmes seraient pour l’allaitement pendant quelques semaines. En 1995, les mères qui allaitent à leur sortie de maternité, représentent moins de 50%. Elles sont de 60% en 2005, mais le taux d’allaitement diminue jusqu’à 5% au quatrième mois. Le Programme National Nutrition-santé, a prévu que 70% des françaises doivent allaiter durant au moins 4 mois. Combien d’heures après l’accouchement la mère peut-elle allaiter son enfant ?

La première mise au sein a toujours été décalée de 18 à 24 heures selon divers prétextes.

Jusqu’en 1970, on faisait jeûner le bébé, ou on lui donnait uniquement de l’eau sucrée au biberon, durant le premier jour de sa naissance. Il y eût plusieurs soutiens à cette idée, comme celui d’A.B Marfan. Le Dr Rehin affirme par exemple, que le bébé n’éprouve nullement le besoin de prendre un repas dans les douze à quinze heures qui suivent sa naissance.

Une mère doit-elle respecter un intervalle régulier entre les tétées ?

C’est de pratique depuis des millénaires, mais la durée de l’intervalle reste la seule variable. Chaque mère y met son bon vouloir pour garder quatre, trois ou deux heures et demi entre les tétées. Ceci permet de mettre l’enfant à un certain rythme de vie, à des heures de tétées fixes et pendant une durée fixe de 10 à 15 minutes.

Quel poids de lait le bébé ingurgite-t-il à chaque tétée ?

Pour en savoir plus, il est nécessaire d’avoir un pèse-bébé chez soi. Il suffirait alors de peser le bébé avant et après chaque tétée, puisqu’il doit avaler une quantité de lait suffisante par jour. Des auteurs soutiennent qu’il faut absolument combler le déficit, par un biberon bien dosé. Mais personne ne parle du surplus de lait ingurgité lors des tétées. D’autres affirment que la quantité de lait avalée reste variable d’une tétée à l’autre et d’un bébé à l’autre. Le nombre de pesées est également matière à discussion parmi des auteurs, et le principe même de la pesée est traité par eux de « tue-l’allaitement ».

Y-a-t-il un âge idéal pour le sevrage de l’enfant ?

Depuis la fin du siècle dernier, la durée d’un allaitement diminue régulièrement, et la nourriture lactée suit également le mouvement. Le sevrage se passe de plus en plus tôt.. Il n’y a pas d’âge pour supprimer la nourriture lactée chez un enfant. Des auteurs proposent un sevrage progressif, mais sans vraiment arriver à convaincre. De trois mois en 1956, on passe à huit jours vingt ans après, le temps pour arrêter le repas de bébé constitué de lait. Il fut une époque, où l’on disait que le Dr Lawrence Gartner, Président de la Faculté de médecine de l’Université de Chicago, parlait de la longue tradition des médecins de l’Occident à se montrer plus experts que les mères dans l’allaitement et l’alimentation infantile. Il préconise actuellement tout le contraire de ce qu’ils ont dit à l’époque. Ainsi, les années 70 étaient pleines de contradiction en matière d’allaitement. L’allaitement maternel est couvert d’une part par l’Unicef, grâce aux recommandations internationales, et d’autre part par l’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, selon des directives européennes. Les actions conjointes de ces deux organismes pour soutenir l’allaitement maternel, ont abouti à l’énoncé en 1989, de dix recommandations favorisant la réussite de l’allaitement maternel. Elles permettent l’obtention du label « Hôpital Ami des Bébés ». Au Québec et en Belgique, l’allaitement est encouragé par la Sécurité sociale, grâce à l’attribution d’une allocation mensuelle supplémentaire, aux mères qui allaitent leur bébé. L’allaitement a pu décoller en France à partir de 1996.

Quels sont les avantages du lait maternel pour le bébé ?

Savez-vous que le lait maternel présente beaucoup d’avantages ? Il correspond parfaitement aux besoins de votre bébé. En l’allaitant, vous lui donnerez un aliment complet et idéal jusqu’à l’âge de 3 à 4 mois. Les teneurs en glucides, lipides et protéines respectent les besoins du nourrisson. Tous ces éléments sont digestibles et peuvent être absorbés par l’organisme du nourrisson. Savez-vous également qu’il comprend des anticorps que vous produisez, et défend ainsi l’enfant de toutes agressions du système immunitaire ? Ceux-ci le protégeront durant les premières semaines de sa vie et lui permettent de lutter naturellement contre les risques d’allergies. Sa muqueuse intestinale est ainsi aidée pour le préserver des allergènes. Le lait maternel développe la capacité à déguster du bébé, grâce au changement fréquent du goût du lait selon les aliments que vous absorbez. Par ailleurs, il faut remarquer la différence de goût et de consistance du lait maternel, en début et en fin de tétée. La teneur en lipide croit vers la fin du repas. L’allaitement artificiel : qu’est ce que c’est ? La pratique de l’allaitement artificiel apparaissait durant un temps comme le libérateur de la